Zone proximale de développement

Zone proximale de développement

Zone proximale de développement

L’éducation en petite enfance nécessite de la part de l’éducatrice un ensemble de connaissances, la maîtrise de l’observation afin d’intervenir adéquatement auprès de l’enfant. Elle doit tenir compte s’il est capable d’accomplir telle ou telle habileté. Elle doit aussi connaître les différentes méthodes d’accompagnement de l’enfant dans son développement et de son apprentissage en tenant compte de son unicité. L’enfant reste son propre agent de développement ( un des principes du programme éducatif).

Il y a plusieurs outils et façons d’accompagner les enfants et de prendre des décisions sur telle ou telle intervention. 

Dans le programme éducatif, on a évoqué la zone proximale de développement ZPD, elle est issue de la théorie de Vigotsky

« Les enfants construisent leur apprentissage en interagissant avec son environnement physique, culturel et matériel. Lorsque l’enfant est dans cette zone, il apprend de façon intentionnelle. Il y a des stratégies pour offrir l’étayage dans l’apprentissage des compétences des enfants. C’est-à-dire offrir à l’enfant différents types d’assistance pour l’aider à accomplir seul les choses.»

La ZPD , la zone se situe entre les choses difficiles que l’enfant ne peut pas faire et les choses simples qu’il peut faire seul. 

Zone d’étayage ?

C’est l’action du parent ou de l’éducatrice d’apporter du soutien, de l’aide à l’enfant pour qu’il puisse faire tout seul. En pédagogie, l’étayage est l’ensemble d’actions prises par l’éducatrice ou le parent pour aider, soutenir l’enfant à résoudre seul un problème.

Exemple, on prend un enfant qui ne peut pas se lever seul, il n’est pas dans sa zone proximale de développement pour marcher. Donc ça ne sert à rien d’utiliser l’étayage pour lui apprendre à marcher, l’enfant n’est pas prêt.

Comment réussir l’étayage 

  • L’enfant doit être impliqué et actif dans son apprentissage
  • Il doit affronter des défis réalisables, on n’apprend pas un enfant qui ne s’assoit même pas à marcher
  • Les activités doivent être structurées un petit pas à la fois qui respectent la progression naturelle.
  • L’éducatrice doit être un soutien pour l’enfant, elle le guide pour faire tout seul.

Objectifs de l’étayage

  • La confiance en soi et en ses compétences. L’enfant se sent capable de faire seul les choses. 
  • L’autonomie dans ses apprentissages. 
  • Il est responsable de ses actions.
  • Il s’implique dans son processus de développement, Il est actif.
  • La connaissance de soi.
  • Il se sent de plus en plus confiant face aux défis
  • Il accepte la frustration face à certains défis, puis qu’il sait qu’il est l’agent de son propre développement.

C’est une méthode extraordinaire. Certaines éducatrices, ou parents utilisent instinctivement cet outil sans le nommer.

Le programme éducatif de la petite enfance du Québec s’inscrit dans cette lignée théorique. On peut concilier l’approche centrée sur le développement global de l’enfant et l’approche ciblée par l’étayage de l’apprentissage et du développement, en respectant les besoins, les capacités de l’enfant.

Samira Buscaïno

Mots clés: zone proximate de développement, confiance en soi, autonomie, responsabilité de l’enfant, implication de l’enfant, la connaissance de soi, développement global, étayage de l’apprentissage, besoin de l’enfant, capacité de l’enfant

Cliquez ici pour partager
L'apprentissage n'a jamais été aussi facile