Quel est le point de départ de l’éducation positive ?

Quel est le point de départ de l’éducation positive ?

L’éducation positive se nourrit d’optimisme et d’une bonne estime de soi. elle nécessite des attitudes éducatives et surtout de la persévérance. Je citerai quelques attitudes qui à mon avis soutiennent l’éducation positive.

L’adulte doit nourrir la curiosité de l’enfant. Il a soif a soif de découvertes. Tout ce qu’il touche, goûte, renifle, lui donne envie de s’aventurer au-devant de son environnement et d’apprendre. Le laisser expérimenter, éprouver la satisfaction de pouvoir accéder à ce qu’il souhaite connaître est essentiel. Il faut l’entourer pour l’encourager à continuer le défi malgré les obstacles. 

Partagez ses émerveillements, 

Expliquer et répondre à ses questions, 

L’initier à de nouvelles aventures : lecture d’un livre, visite aux musées, au zoo, partir en voyage. 

  • Dédramatiser ses erreurs

L’enfant, dans ses découvertes, expérimente ses propres limites. Ses échecs doivent pouvoir être surmontés pour ne pas se sentir incapable, et baisser les bras à la moindre difficulté. 

Examinions et surmontons notre propre relation à l’erreur afin de la lui présenter comme une occasion d’apprendre. 

Lui faire confiance, être à ses côtés sans faire à sa place, le laisser tâtonner pour trouver, valoriser ses succès, le pousser à recommencer, tout cela accroît sa ténacité et son espoir de réussir ce qu’il entreprend.

  • L’aider à préciser sa pensée

Lorsqu’il est confronté à une difficulté, il importe donc d’aider l’enfant à donner une explication plus exacte des faits : que s’est-il passé? Quelle aide, quelle compétence lui ont manqué? Les solutions lui apparaîtront alors de manière plus précise, et davantage à sa portée que lorsqu’elles lui semblaient liées à son incapacité. 

  • Lui inculquer le sens de l’effort

L’enfant aura besoin de combativité pour se faire une place, mener les projets susceptibles de le rendre heureux. Pour cela, il doit ressentir très tôt que l’énergie qu’il déploie est payante, qu’elle aboutit réellement à accroître ses compétences ou à améliorer son sort. Dès lors, on s’abstiendra de le critiquer pour ce qu’il n’est pas encore capable de faire ou de le comparer aux autres qui, eux, y arrivent. « Devant une tâche qui lui paraît encore inaccessible, lui rappeler les réussites qu’il doit à ses propres efforts (avoir appris à marcher, à lire, à faire du vélo…) 

De manière générale, favorisez les activités qui permettent à l’enfant de se confronter à lui-même (musique, escalade) et de ressentir la fierté d’avoir dépassé ses limites.

  • Favoriser ses relations

Un enfant pessimiste a tendance à s’isoler. Ou à s’entourer d’enfants encore plus mal dans leur peau. Le regard des autres est important pour l’enfant, il a une incidence sur le regard qu’il porte sur lui-même, ça peut enrichir ou miner ses relations.

L’enfant doit être capable d’entrer en relation, de tisser des liens avec des personnalités différentes, certaines qui réconfortent, d’autres qui stimulent et qui donnent à l’enfant un profond sentiment de sécurité : il n’est pas seul, il peut compter sur les autres. 

Nous pouvons l’aider dans cette exploration en nous intéressant à ses copains, en l’aidant à développer son empathie comme à se préserver des relations qui ne lui font pas du bien, et en valorisant l’amitié.

Si cette publication vous a plu n’hésitez pas à la partager.
Laissez-moi un commentaire, ou envoyez-moi un message privé, il me fera plaisir de vous répondre.


Vous pouvez aussi visiter notre site il y a une foule d’informations https://educakits.com

Samira Buscaïno

Cliquez ici pour partager
L'apprentissage n'a jamais été aussi facile