Le stress chez l’enfant

Le stress chez l’enfant

LE STRESS CHEZ L’ENFANT

Le stress chez les enfants est de plus en plus fréquent, ce n’est plus une particularité de l’adulte. C’est un constat amer. Souvent, le stress de l’enfant passe inaperçu. Pour le repérer, l’éducatrice doit être attentive au moindre signe évocateur. 

Dans cette formation, nous passerons en revue les différents aspects du stress : sa signification, ses causes, ses symptômes, les facteurs et enfin la prévention. 

LE STRESS C’EST QUOI ? 

Notre corps, lorsqu’il perçoit un danger, réagit. Cette réaction c’est le stress. En situation « de danger » le cerveau sonne l’alarme, le corps s’active pour réagir au danger, les battements de cœur s’accélèrent, ou encore on sent un nœud dans l’estomac, ou des transpirations.

Le stress à la bonne dose est indispensable, il peut avoir des effets positifs, il nous pousse à réagir, à nous concentrer. Il peut nous permettre de nous surpasser et d’être plus efficaces. Ex. le stress donne à l’enfant l’élan et la motivation dont il a besoin pour apprendre et évoluer. 

Cependant, trop de stress nous donne l’effet inverse : le manque d’envie, désorganisation, procrastination, etc. il peut nuire à l’apprentissage et à l’épanouissement de l’enfant. Cela risque d’avoir des répercussions plus sérieuses sur sa santé physique et mentale. 

LA DIFFÉRENCE ENTRE LE STRESS ET L’ANXIÉTÉ 

Attention : Ne pas confondre le stress avec le trouble anxieux, qui lui s’accompagne en plus d’un sentiment de détresse prolongé face à des peurs irréalistes ou démesurées. 

Le stress, c’est une réaction physique normale du corps, le stress est essentiel ! C’est lui qui vous donne de l’énergie, de la motivation pour réussir telle ou telle chose dans la vie. Mais s’il s’accumule, il peut affecter la personne… 

Par contre, l’anxiété, c’est la capacité à créer soi-même un stress, à le grossir ou à le craindre avant même que ça n’arrive. 

LES CAUSES DU STRESS 

Pressions sociales

  • La pression sociale influe sur le stress de la performance. Il faut répondre aux normes pour ne pas paraître hors circuit. On vend l’idée que les enfants ont besoin de plusieurs activités pour évoluer, il doit faire du sport, de la  musique, comme ses amis. Les attentes qui pèsent sur les épaules de l’enfant ainsi que la surcharge d’activités  sont des facteurs générateurs de stress.
  • Dans le contexte familial, les parents veulent que leur enfant réussisse à marcher, à parler, à aller aux toilettes, etc.
  • Dans le cadre social, ça va plutôt se jouer à travers les influences, de la famille, de la société. Ex. « ton enfant ne marche pas encore » versus « le mien à marcher à 12 mois », etc.
  • Ces pressions familiales et sociales agissent psychologiquement sur l’enfant. Il craint de ne pas être à la hauteur, de décevoir ses parents, sa famille. Il a peur de l’échec, car la société ne permet plus à l’enfant de vivre des  échecs, or ces échecs sont à la base de l’apprentissage. 

Le stress peut avoir une incidence sur le physique, crises d’angoisse, maux de tête, de ventre, battement de  cœur, etc.

Le stress parental est l’un des facteurs clés, identifié par le chômage, le déménagement, le divorce, le décès. Le parent sous l’emprise de son stress peut développer une perception, un comportement négatif vis-à-vis de lui même et de l’enfant. Ce dernier à son tour développera des signaux de stress : manque de confiance en soi,  peur de décevoir, de ne pas être à la hauteur… 

LE STRESS MYTHE OU RÉALITÉ 

Que représente pour nous le stress ? Comment perçoit-on le stress ? Comment l’interprète-t-on  ? L’idée que le stress est lié au manque de temps de faire tout ce que nous voudrions faire dans un laps de temps précis est totalement fausse. 

Donc, le stress lié au temps est un mythe. Des chercheurs ont découvert que la pression du temps n’est en fait qu’une conséquence du stress, et non une cause. Elle ne définit pas le stress tel quel. 

LES TROIS CONDITIONS LIÉES AU STRESS

  • Une nouvelle situation 
  • Une situation imprévisible 
  • Aucun contrôle sur la situation 

« Commencer la garderie, un décès, le chômage d’un des parents, un divorce… » sont des situations  stressantes. Les enfants sont beaucoup plus vulnérables au stress que les adultes. Ils n’ont pas la capacité de contrôler la situation pour gérer leur stress. Les parents agissent à adoucir la nouveauté et l’imprévisibilité chez leurs enfants, ils peuvent augmenter le sens du contrôle en participant aux décisions, et par conséquent diminuer son stress. 

Un parent pressé pour être à l’heure au travail, ne contribue pas à stresser l’enfant, c’est une donc légende urbaine. 

Dans la garderie, une éducatrice emphatique et à l’écoute des besoins des enfants contribue particulièrement à diminuer le stress chez l’enfant. Elle lui apprend comment gérer la nouveauté, l’imprévisibilité et comment gérer ses émotions et son sens du contrôle. Le début de semaine est souvent difficile pour les éducatrices. Il représente une nouvelle transition pour l’enfant, après une fin de semaine passée à la maison, le lundi est une  période imprévisible qu’il ne contrôle pas. La stabilité du personnel éducatif rassure l’enfant pour passer à travers ce changement récurrent. 

À retenir le stress chez l’enfant dépend d’une multitude de facteurs dus l’environnement familial, de l’âge et la personnalité de l’enfant, et de son environnement social. Toutefois, les causes : la nouveauté, l’imprévisibilité, et l’absence de contrôle ne changent pas. 

Samira Buscaïno

Les mots clefs:

stress chez l’enfant, stabilité de l’enfant, Une nouvelle situation, une situation imprévisible, une situation non contrôlée, pression sociale, pression familiale, stress parental, stress de la performance.

Cliquez ici pour partager
L'apprentissage n'a jamais été aussi facile