L’IMPOLITESSE

L’IMPOLITESSE

L’IMPOLITESSE

La politesse est-elle une obligation ou une nécessité ?

La politesse est une nécessité dans les rapports sociaux, elle permet des échanges respectueux, agréables et bienveillants. Ça fait partie du savoir-vivre. De ce fait, l’impolitesse présente un danger pour les relations et les interactions, elle produit une ambiance pesante et hostile.

L’impolitesse déploie une énergie négative qui peut affliger profondément la personne, en l’occurrence l’adule. Il peut par la suite perdre son contrôle et entrer en conflit avec le jeune enfant. 

Que faut-il faire alors ?

  • Primo, il est important de garder une attitude d’adulte raisonnable et logique, de garder une retenue et une distance malgré la situation. N’oubliez pas que l’enfant apprend par l’exemple. L’adulte est son modèle, il doit faire face à ce contexte d’une manière calme, détachée et respectueuse, s’il s’emballe devant cet état de fait, il ne fera qu’envenimer la situation, et enverra un message négatif à l’enfant celui de continuer ce comportement inadéquat. 

Il faut montrer à l’enfant par son attitude calme que ces agissements ne le déstabilisent pas. 

L’impolitesse sort du cadre des bonnes relations bienveillantes avec l’entourage. La plupart du temps, l’enfant teste les limites des adultes. 

  • Il est important d’établir un cadre clair avec des limites explicites et évidentes à respecter et à ne pas dépasser pour pouvoir vivre en harmonie.
  • Bien expliquer les comportements acceptables et les comportements non acceptables, non négociables. 

Lorsque l’enfant ne respecte pas ces règles il est indispensable d’intervenir rapidement pour rediriger l’enfant vers un une attitude positive. L’adulte doit nommer le comportement et ses attentes et demander un réajustement, dans un calme olympien.

  • Utilisez le « je » en vous adressant à l’enfant « Je n’accepte pas ! », « Je ne tolère pas ! », « Je comprends ta frustration, mais je me sens mal quand on me parle ainsi », etc. 
  • Il ne faut pas lui faire la morale, ni l’accuser, mais lui parler des conséquences de l’impolitesse sur les personnes afin de lui permettre de développer son empathie. 
  • Parfois l’impolitesse exprime un besoin spécifique de l’enfant non répondu. L’adulte doit tenter de comprendre, de trouver la source de ce ressenti.
  • Créer un dialogue sur le vécu et l’expérience de « l’impolitesse » tout en en précisant que c’est inacceptable. Il faut aussi l’impliquer sur la conséquence à suivre.
  • « Il vaut mieux prévenir que guérir » en encourageant des comportements de respect et de bienveillance au sein de la famille et au sein du groupe. En donnant l’exemple de respect.
  • Chercher des histoires qui parlent de non-respect et d’impolitesse. En parler, posez des questions ouvertes.
  • L’adulte peut faire sa propre introspection, « Pourquoi l’enfant m’a manqué de respect ? », « Comment je me comporte avec l’enfant », « Suis-je respectueux envers lui ? », « Suis-je autoritaire ? », « ai-je trop d’attentes ? », « Suis-je stressante ? », « Suis-je harcelante ? », « Suis-je un bon exemple de bienveillance ? », « Suis-je trop surprotectrice ? », « Suis-je trop permissive ? » etc.

À retenir 

Les consignes, les règles, le cadre de vie harmonieux, bienveillant, ferme et non négociable.

Le respect est une valeur qui doit commencer par soi-même. 

Samira Buscaïno

Mots clés : consignes, bienveillance, politesse, impolitesse, empathie, respect, rapport sociaux, savon-vivre, harmonie

Cliquez ici pour partager
L'apprentissage n'a jamais été aussi facile